News / Brèves
Back to previous selection / Retour à la sélection précédente

Signez en ligne -L’Europe et les Etats-Unis doivent abandonner leur approche géopolitique et coopérer avec les BRICS !

Printable version / Version imprimable

Cette déclaration est diffusée sous l’égide de l’Institut Schiller, une institution internationale qui réunit des personnalités politiques, économiques, artistiques, militaires et scientifiques pour prendre position publiquement sur des enjeux stratégiques. Nous demandons à tous ceux qui partagent l’esprit de cette déclaration de bien vouloir la soutenir.

PDF

A l’ère nucléaire, une politique d’affrontement avec la Russie et la Chine ne peut que conduire à l’extinction de notre espèce. Par conséquent, aucun effort ne doit être épargné pour coopérer afin de résoudre les multiples crises auxquelles fait face l’humanité.

Les pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) se sont alliés pour mener une politique de développement économique, non seulement pour leur propre intérêt, mais au bénéfice des peuples de toutes les nations. A cette fin, ils ont créé une Nouvelle banque de développement (NBD) pour investir des milliards dans des projets de développement utiles.

La Chine a récemment lancé la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB), dont plus de vingt pays d’Asie sont devenus membres fondateurs, et créé un Fonds de développement pour la Route de la soie.

Lors du sommet de l’APEC à Pékin, le président chinois Xi Jinping a invité le président Obama à se joindre aux efforts de la Chine et d’autres pays asiatiques, dont la Russie, pour développer la Nouvelle route de la soie.

Ces initiatives ne sont pas de nature géopolitique. Contrairement au Partenariat transpacifique (TTP prôné par Barack Obama, qui exclut la Russie et la Chine), les initiatives prises par les BRICS, y compris le partenariat de libre-échange de l’Asie-Pacifique (FTAAP), sont inclusives. Elles reposent sur le concept défendu par le pape Paul VI, selon lequel « le nouveau nom de la paix est le développement ». Ainsi, lors du récent sommet du G20 en Australie, Xi Jinping et le Premier ministre indien Modi ont tous deux évoqué le double objectif de parvenir à la paix mondiale et de mettre fin à la pauvreté par le développement économique.

Il n’existe aucun problème au monde qui ne puisse être résolu par une telle approche, et inversement, aucun problème ne sera résolu sans elle.

Une telle coopération entre l’Europe, les Etats-Unis, la Russie, la Chine et l’Inde, entre autres, est également nécessaire pour vaincre la pandémie d’Ebola en Afrique.

Le terrorisme représenté par Daech (État islamique) et Al-Qaïda vise aussi bien la Russie, la Chine et l’Inde que l’Europe et les Etats-Unis. On ne pourra le neutraliser que dans le cadre d’une nouvelle architecture de sécurité fondée sur la coopération.

La politique consistant à lancer des « révolutions de couleur » sous prétexte d’instaurer la démocratie est une politique de guerre, même si le terme n’est pas employé, car son objectif est de renverser des gouvernements à l’aide de financements étrangers. Cela doit cesser. La campagne de sanctions contre la Russie en raison de son opposition à ces révolutions de couleur et au coup d’État nazi en Ukraine, ne fait qu’exacerber la crise globale. Par contre, une approche basée sur la coopération mutuelle afin de réaliser les objectifs communs de l’humanité, en Eurasie et au-delà, créerait la base d’une paix mondiale.

Alors que les États-Unis ont abandonné le programme spatial de Kennedy, les Chinois ont entrepris un programme lunaire prévoyant d’exploiter l’hélium-3 présent sur notre satellite, en vue de générer l’énergie de fusion thermonucléaire de manière pratiquement illimitée.

Dans le cadre d’une coopération entre l’Europe, les États-Unis, la Russie, la Chine, l’Inde et d’autres nations, l’humanité pourrait enfin réaliser la vision de Johannes Kepler, celle de la maîtrise des lois du système solaire au bénéfice de l’homme.

Seule cette approche pourrait ramener l’Europe et les États-Unis à leur dessein historique, exprimé respectivement dans la Renaissance européenne et la Révolution américaine. Ce grand dessein, auquel l’Europe et les États-Unis tournent le dos chaque jour un peu plus, le reste du monde l’a aujourd’hui adopté et leur enjoint de s’y rallier à nouveau.

Nous appelons donc l’Europe et les États-Unis à abandonner leurs géopolitiques suicidaires du passé, qui furent à l’origine de deux guerres mondiales et nous mènent à une troisième, afin de bâtir un avenir pour toute l’humanité en adoptant de nouveau le principe du Traité de Westphalie. Ce Traité fonde la politique étrangère sur le principe de « l’avantage d’autrui », qui mit fin à la guerre de Trente ans en Europe, et sur le concept élaboré par le président américain John Quincy Adams d’une « communauté de principes entre États souverains ».

C’est la seule voie cohérente avec la vraie nature de l’homme en tant que seule espèce créatrice. Toute autre voie partant du concept suivant lequel l’homme n’est qu’un animal conduirait l’humanité à sa perte.

Patriotes de nos propres nations et citoyens du monde, nous appelons nos compatriotes et nos dirigeants à avoir le courage de rompre avec le cycle actuel de bestialité croissante, en acceptant l’offre généreuse de coopération que nous font les BRICS.

* À des fins d’identification seulement.
En signant, je m’engage à ce que mon nom puisse être rendu public.

ecrivez@institutschiller.ca