News / Brèves
Back to previous selection / Retour à la sélection précédente

L’évaluation de Helga Zepp-LaRouche mise en avant par l’agence TASS

Printable version / Version imprimable

Institut Schiller—Le rôle clé de l’Institut Schiller et de sa présidente Helga Zepp-LaRouche dans la réalisation du « nouveau paradigme », notamment aux Etats-Unis, est de plus en plus reconnu au niveau international, y compris dans de grands médias en Russie et en Chine. L’agence de presse russe, par exemple, a choisi de mettre en valeur l’évaluation de Mme Zepp-LaRouche concernant la rencontre Trump-Poutine dans un article du 9 juillet titré « Avis d’expert : la campagne antirusse aux Etats-Unis n’a pas pu bloquer le succès de la réunion Poutine-Trump ».

L’article du correspondant de TASS, Ivan Pilshchikov, est entièrement consacré aux propos de Mme Zepp-LaRouche, qui a qualifié cette rencontre de « grande percée, au vu de la situation de ces six derniers mois  ». Elle faisait ainsi référence au « scandale artificiel monté autour d’accusations d’une ingérence russe dans l’élection présidentielle américaine de 2016. Elle a souligné que les adversaires du nouveau dirigeant américain dans les médias et la vie politique avaient lancé ces tentatives dans un seul but : rendre impossible la promesse électorale de Trump d’améliorer les relations avec la Russie. »

La rencontre doit être considérée comme positive pour les deux côtés, a déclaré Helga Zepp-LaRouche à TASS qui poursuit : « ’Il aurait été préférable qu’ils se fussent rencontrés en janvier dernier. Mais elle a été ajournée en raison de la campagne antirusse aux United States’, a-t-elle noté. La présidente de l’Institut Schiller a souligné que ’si une entente a été établie au niveau personnel entre les chefs des deux plus fortes puissances nucléaires, cela signifie que la réunion a été un franc succès.’

« Elle a fait observer qu’il apparaît certain que Trump et Poutine ‘ont des points de vue convergents dans le refus d’accepter des guerres, des interventions ou ingérences dans les affaires d’autres pays, et l’organisation de révolutions de couleur. Ce sont tous deux des dirigeants hors norme, en dépit des tentatives des grands médias occidentaux de brosser un tableau différent’, a souligné cet expert. »

Mme Zepp-LaRouche a ensuite exprimé à Pilshchikov son espoir qu’une coopération positive s’installe entre la Russie, la Chine et les Etats-Unis, les trois pays les plus importants, et que ces relations trilatérales deviennent le « nouveau paradigme », et de conclure :

« Nous ne pouvons pas résoudre les problèmes du monde actuel sur la base de vieux modèles.