News / Brèves
Back to previous selection / Retour à la sélection précédente

Peut-être que le futur est enfin arrivé pour Haïti : la Chine a de grands projets pour Port au Prince

Printable version / Version imprimable

Projet de rénovation municipale de la ville de Port-au-Prince
Le 2 septembre 2017—Le maire de Port-au-Prince, capitale de Haïti, Ralph Youri Chevy, a accepté, le 25 août, la proposition du South-West Municipal Engineering Design and Research Institute (SMEDRIC) de Chine pour la rénovation et reconstruction de la ville et de son port au cours des trois prochaines années, fournissant toute l’infrastructure requise pour moderniser la capitale, et aider sa population plongée dans la misère à surmonter les conséquences de l’effroyable tremblement de terre de janvier 2010.

Une vidéo très positive et encourageante concernant le projet vient d’être mis en circulation par la société haïtienne Bati Aiyti, qui sera associée aux sociétés chinoises pour la réalisation du projet et comme le dit la vidéo « créer un avenir radieux » pour la ville (Cf.

Pour l’instant, aucun accord n’a été signé pour le financement de la rénovation de la ville, mais Georgeanne Nienaber écrit dans le Huffington Post du 27 août que “la Chine a réalisé des projets similaires sur sa propre Initiative Route de la soie sans parler de 30 projets d’infrastructure futuristes dans son propre pays. L’avenir est peut-être finalement là pour Haïti et le couloir des Caraïbes en sera transformé ». L’agence Telesur rapportait le 1er septembre que l’idée initiale du projet a été conçue lors du Sommet OBOR à Beijing les 14 et 15 mai 2017.

Le contraste est criant entre cette proposition et la négligence criminelle avec laquelle le gouvernement d’Obama et ses alliés « donateurs occidentaux » ont repoussé les propositions d’urgence formulées par Lyndon LaRouche dès que le tremblement de terre a eu lieu en 2010. Les propositions de LaRouche auraient permis d’éviter le pire, y compris l’épidémie de choléra qui sévit depuis 7 ans.

Le projet de rénovation de Port-au-Prince coûtera $US 4.700 millions. Il fait parti d’une enveloppe de $US 30 milliards que la Chine propose pour le développement de Haïti, qui inclut six sous-projets (gestion des eaux, drainage, routes, protection environnementale, installation de canalisations, réseaux de communications, transports et reconstruction de la Vieille Ville historique de Port-au-Prince.

Selon Nienaber, la priorité va au drainage ainsi qu’aux tranchées anti-inondations et dispositifs de collecte d’eaux de pluies qui seront dirigées vers les fleuves ou l’océan. Les ingénieurs interviewés dans la vidéo (Cf. ci-dessus) parlent de la construction d’une usine de purification d’eau (225.000 m3/jour) qui fournira de l’eau potable aux populations ainsi qu’une usine de retraitement des eaux usées (180.000 m3/jour).

Une nouvelle centrale électrique à gaz de 2000 MW sera aussi construite, ainsi que 450 WC publics, un système public de collecte des ordures et décharges à déchets divers avec une capacité de traitement de 1.500 tonnes/jours de déchets domestiques.

Selon le rapport de Nienaber, les travaux dans la capitale commenceront probablement au mois de décembre (projets de santé, énergie et communications) avec le déploiement de 20.000 ouvriers.