News / Brèves
BRICS Silk Road / Route de la soie
Back to previous selection / Retour à la sélection précédente

La Chine va passer du TGV au Maglev

Printable version / Version imprimable

S&P—Alors que, austérité oblige, les grands travaux sont gelés dans l’UE et inexistants aux Etats-Unis, la China Railway Corporation estime que réseau ferroviaire à grande vitesse de la Chine atteindra 38 000 km d’ici 2025, contre plus de 25 000 km à la fin de l’année 2017. Selon les statistiques, les investissements dans le réseau des chemins de fer de 2013 à 2017 ont totalisé 3900 milliards de yuans (497,7 milliards d’euros).

JPEG

Le réseau ferroviaire chinois en janvier 2018. En bleu, les lignes capables de rouler à plus de 300 km/h.

Les TGV en service dans le pays représentaient 66,3% du total au niveau mondial à la fin de l’année dernière, a indiqué Lu Dongfu, directeur général de la société. L’opérateur compte construire 4000 km de nouvelles voies cette année, dont 3500 km seront destinées aux trains à grande vitesse.

JPEG

Lu Dongfu, directeur général de la China Railway Corporation.

Le réseau ferroviaire de la Chine atteindra 175 000 km d’ici 2025, contre 127 000 km de chemins de fer en service à la fin de l’année 2017.

En 2017, un total de 3,04 milliards de voyages ont été effectués par train en Chine, soit une augmentation annuelle de 9,6 %. Plus de 56 % de ces voyages ont été réalisés par des trains à grande vitesse. Environ 70 % des billets de trains ont été vendus en ligne, tandis que plus de 70 % du commerce de fret a été traité en ligne.

La vitesse maximale des trains à grande vitesse chinois a été rétablie à 350 km/h, alors que les trains à grande vitesse Fuxing (« Renouveau ») ont commencé à desservir la ligne reliant Beijing à Shanghai le 21 septembre 2017. Les trains Fuxing sont des trains à grande vitesse modernisés sur la base du modèle précédent connu sous le nom de Hexie (harmonie). Entièrement conçu et fabriqué en Chine, le Fuxing est plus confortable et consomme moins d’énergie, avec une plus longue durée de service et une fiabilité accrue.

L’année dernière, 3600 voyages de trains de fret ont relié les villes chinoises et européennes, dépassant le nombre total des six années précédentes, selon M. Lu.

Maglev

Cependant, la Chine, qui récolte déjà les fruits de sa montée en gamme constante ainsi que l’amélioration constante d’une organisation opti-modale de son système de transports (incluant aussi bien le portuaire, le ferroviaire que le fluvial), ambitionne d’aller encore plus loin et plus vite.

Ainsi, la Chine envisage de développer un prototype de train à grande vitesse maglev pouvant atteindre la vitesse de 600 km/h d’ici 2020, a annoncé le 25 janvier son constructeur.

Selon la société CRRC Qingdao Sifang Co Ltd, filiale à 100 % du CRRC, le plus grand fabricant de matériel roulant au monde, le plan technique du train maglev, un train sans roues utilisant la lévitation magnétique et roulant à 600 km/h, a été approuvé le 25 janvier par un comité de révision composé de 19 experts.

« Comme le plan a été révisé, nous allons passer à la phase de conception », a déclaré Ding Sansan, ingénieur-en-chef adjoint chez CRRC Sifang lors de la réunion d’examen qui a eu lieu à Qingdao, dans la province du Shandong (Est de la Chine).

« Selon le calendrier, nous allons développer un échantillon de voiture cette année, tandis que le prototype de la voiture entière sera testé sur un itinéraire de cinq kilomètres d’ici 2020 », a précisé M. Ding.

Le système de transports à grande vitesse à lévitation magnétique est l’un des principaux projets du 13e Plan quinquennal du Ministère des sciences et technologies (2016-2020) visant à promouvoir un système de transport ferroviaire avancé.

Le projet vise à permettre à la Chine de disposer d’une technologie indépendante dans la conception, la fabrication, l’ajustement et l’évaluation de systèmes de transport à grande vitesse à lévitation magnétique.