News / Brèves
Back to previous selection / Retour à la sélection précédente

Sommet ’ BRICS-Plus ’ : Il y a une vie après la City et Wall Street !

Printable version / Version imprimable

Solidarité & Progrès—Pendant que le feuilleton du « Benallagate » tournait en boucle dans les médias français, se déroulait du 25 au 27 juillet le 10e sommet des BRICS à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Les BRICS représentent aujourd’hui 23 % du PIB mondial (contre 11 % en 2001) et contribuent à plus de 40 % de la croissance mondiale. À l’initiative de la Chine, qui a accueilli le sommet de 2017, ce groupe de nations se qualifie désormais de « BRICS-Plus », dans un esprit d’ouverture et d’inclusivité.

La majorité des chefs d’État invités assurent une double qualité, en tant que présidents d’organisations, continentales ou régionales, ce qui démontre que le partenariat entre les cinq grands pays émergents que sont le Brésil, la Russie, l’Inde, et l’Afrique du Sud, s’ouvre à une forme de coopération plus élargie.

Dans la journée de ce 27 juillet, chaque chef d’État a ainsi pu exposer les problématiques auxquelles font face leurs pays respectifs, mais également l’organisation qu’ils représentent ; ils ont saisi l’opportunité de ce dialogue pour proposer des axes de collaboration.

  • Le Président Hery Rajaonarimampianina est ainsi intervenu au nom de de la République de Madagascar, mais aussi en tant que Président du COMESA, et comme porte-parole des États insulaires de la région de l’océan Indien.
  • Le chef de l’État rwandais, Paul Kagamé, Président en exercice de l’Union Africaine, a mis en relief la volonté de collaborer avec les pays des BRICS, et l’engagement de l’Afrique dans ce sens.
  • Quant au président de la Turquie, en tant que représentant de l’Organisation de Coopération Islamique (OCI), il a mis en avant la crise que traverse la Syrie, et l’investissement dans l’aide humanitaire. suite...