News / Brèves
Back to previous selection / Retour à la sélection précédente

Armes chimiques : Macron encore prêt à frapper la Syrie, aux côtés des États-Unis et du Royaume Uni

Printable version / Version imprimable

Christine Bierre
Éditrice-en-chef du journal Nouvelle Solidarité

S&P—Le 21 août, les ambassades des États-Unis, du Royaume Uni et de France auprès de l’ONU ont publié une déclaration conjointe menaçant la Syrie de nouvelles frappes si elle venait à utiliser des armes chimiques au cours de son offensive pour reprendre la ville d’Idleb. Dernier bastion de rebelles dans les territoires reconquis par le gouvernement syrien, les Occidentaux accusent Bachar al-Assad de vouloir utiliser des armes chimiques pour en finir au plus vite.

« Notre position sur l’utilisation par le régime des armes chimiques reste inchangée », dit leur communiqué : « comme nous l’avons démontré, nous répondrons de façon appropriée à toute utilisation d’armes chimiques par le régime syrien ».

Lors de son intervention devant les ambassadeurs de France, le 27 août, Emmanuel Macron a évoqué lui aussi « une nouvelle tragédie » en préparation en Syrie. Il a aussi profité de cette conférence pour faire un énième revirement sur Bachar al-Assad, notant que s’il restait à la présidence de la Syrie, ce serait une « erreur funeste ».

La réalité est que les Occidentaux n’ont jamais reconnu leur défaite sur le terrain, et tentent par tous les moyens de retarder la victoire de Assad, de sauver quelques uns de leurs djihadistes sur place et d’obtenir des concessions du gouvernement syrien pour la période de transition.

La Russie révèle les détails d’une opération britannique en préparation sous « faux drapeau »

De son côté, la Russie a immédiatement dénoncé une nouvelle provocation des djihadistes pouvant avoir lieu très rapidement, afin de justifier les frappes occidentales.

Dans un communiqué, le ministère russe des Affaires étrangères a répondu « qu’afin de promouvoir leur agenda destructeur dont le but est de discréditer le président de la République arabe syrienne (...) nombre d’Etats occidentaux et moyen-orientaux ne se gênent pas pour fabriquer des provocations inhumaines, comme l’attaque chimique menée par les terroristes dans la Ghouta orientale sous les ordres de leurs sponsors occidentaux ».

Le ministère de la Défense russe affirme disposer d’informations extrêmement précises concernant une utilisation éventuelle d’armes chimiques dans la région d’Idleb en Syrie. Non pas par le gouvernement syrien, mais par des djihadistes !

Selon le général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense : « Pour mener une soi-disant ‘attaque chimique’ dans la ville de Jisr al-Choghour, la ville du gouvernorat d’Idleb, des militants du groupe Hayat Tahrir al-Cham (l’« Organisation de Libération du Levant »), affiliée avec le Front al-Nusra (filiale du groupe terroriste Al-Qaida, ndt.), ont fourni huit bidons de chlore dans un village à une jetée de Jisr al-Choghour ».

« Cette provocation », a-t-il dit, « avec la participation active des Forces spéciales britanniques, servira de prétexte aux Etats-Unis, au Royaume Uni et à la France pour frapper à nouveau le gouvernement syrien et les infrastructures économiques du pays ».

Konachenkov a précisé que le groupe de militants (djihadistes) avait reçu une formation par la société Olive Group (voir encadré), une entité militaire privée (c’est-à-dire mercenaire), sur l’usage des produits toxiques. « Les militants sont formés dans l’art d’apparaître comme des secouristes intervenant après une attaque chimique », à l’image des fameux faux secouristes, les « Casques blancs ».

D’après Konachenkov, les déclarations infondées de hauts responsables américains, anglais et français mettant en garde le gouvernement syrien contre tout emploi d’armes chimiques fournissent la preuve indirecte que les Etats-Unis et leurs alliés préparent un nouvel « acte d’agression contre la Syrie ».

Vers un affrontement russo-américain en Méditerranée ?

Américains et Russes amassent actuellement leurs forces en Méditerranée en vue de cet assaut qui mettra fin à la guerre, dans une des situations sans doute les plus graves depuis la fin de la guerre froide.

Le 25 août, le Général Konachenkov a évoqué l’entrée en Méditerranée d’un destroyer américain équipé de 28 missiles de croisière Tomahawk qui donne la possibilité aux États-Unis de frapper n’importe quel point du territoire syrien.

Le fait que les États-Unis continuent de renforcer en mer Méditerranée la présence de leurs destroyers porteurs de missiles de croisière tend à démontrer qu’une nouvelle provocation, avec une prétendue utilisation d’armes chimiques, est en gestation dans la province syrienne d’Idleb, a déclaré lundi le porte-parole de la Défense russe Igor Konachenkov.

Selon le Ministère de la défense russe le destroyer The Sullivans de l’US Navy avec 56 missiles de croisière à son bord est arrivé récemment dans le golfe Persique, alors qu’un bombardier stratégique ?-1 ? de l’US Air Force doté de 24 missiles de croisière air-sol AGM-158 JASSM a été positionné sur la base aérienne Al-Udeid au Qatar.

Aujourd’hui, c’est la Russie qui a annoncé le déploiement en Méditerranée de son plus puissant groupe naval pour venir en appui à l’offensive de l’armée syrienne à Idleb. Il s’agit d’un un véritable bouclier de défense de la Syrie se composant de 10 navires transportant les très performants missiles de croisière Kalibr, et deux sous-marins, ainsi que des navires de la flotte du Nord, de la mer Baltique, de la mer Noire, et de la flottille de la mer Caspienne. D’autres seraient en approche.

Face à cette ignoble escalade, et alors que la possibilité de la paix et de la reconstruction de la Syrie sont à portée de main, mobilisons-nous pour que la France retrouve enfin son indépendance stratégique.

VIDEO
Entretien avec Alain Corvez et Jacques Cheminade