Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/committe/public_html/config/ecran_securite.php on line 283
CRC - A Copenhague, Blair veut une guerre climatique préventive
Committee for the Republic of Canada
Comité pour la République du Canada
www.committeerepubliccanada.ca / www.comiterepubliquecanada.ca

 

News / Brèves

A Copenhague, Blair veut une guerre climatique préventive

14 décembre 2009

(Nouvelle Solidarité) – Passible d’être jugé pour crime de guerre dans son propre pays, l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair s’est rendu dimanche à Copenhague pour que soient appliquées les politique anti-population, même si l’origine humaine des changements climatiques n’est pas prouvée scientifiquement. Son discours était l’aboutissement de sa campagne « Briser l’impasse climatique », élaboré conjointement avec le Climate Group, un groupe de pression britannique sponsorisé par la City de Londres et ses réseaux d’influence : HSBC, British Petroleum, Barclays, Bloomberg, JP Morgan, Man Group et le WWF du Prince Philip.

« Laissez-moi vous réexpliquer les raisons de ces négociations, puisque ces dernières semaines, il y a eu une offensive concertée contre le fait même que cette négociation soit nécessaire. On dit que la science du changement climatique n’est pas aussi sûre que ce que ses partisans prétendent. Mais il n’y a pas besoin que ce le soit. Ce qui ne se débat pas, c’est que l’opinion que le climat change à cause de l’activité humaine bénéficie d’un très grand soutien scientifique. Ainsi, par simple précaution, étant donné la gravité des conséquences si cette opinion est correcte, et le temps qu’il faudra pour qu’une action ait un effet, nous devrions agir. »

Interviewé sur la BBC quelques jours auparavant, au sujet de son rôle dans la Guerre d’Irak, Tony Blair a montré le même dédain pour la vérité lorsqu’il s’agit de faire appliquer la politique de l’Empire britannique. A la question « Si vous aviez su qu’il n’y avait pas d’armes de destruction massives, auriez-vous quand même continué ? », Blair a osé répondre « J’aurais quand même pensé qu’il était juste de le renverser [Saddam Hussein - ndlr] ». Un tel aveu lui vaudrait d’être jugé pour crime de guerre devant une Cour.