Committee for the Republic of Canada
Comité pour la République du Canada
www.committeerepubliccanada.ca / www.comiterepubliquecanada.ca

 

News / Brèves

Syrie : fin d’une ignoble guerre et retour au ’ concert des nations ’

3 août 2018

Solidarité&Progrès—Après sept ans de guerre, la victoire militaire sur les terroristes djihadistes est plus proche que jamais. C’est un échec retentissant pour la politique impérialiste des néo-conservateurs anglo-américains et de leurs complices, comme l’Arabie Saoudite et … la France.

L’armée syrienne prépare actuellement ses forces en vue de lancer l’assaut contre l’un des derniers gros foyers de djihadistes se trouvant à Idlib et aux alentours. Des unités de l’armée pilonnent également des villages contrôlés par les djihadistes dans la province d’Hama. Au nord de Lattaquié, d’importantes forces militaires sont en train d’être réunies, dont des unités des Forces de défense nationale et de la Garde républicaine, ainsi que la 4e division blindée, rejointes bientôt par les « Tiger Forces » (les unités d’élites syriennes), en prévision de la bataille décisive dans le nord-ouest, dont l’enjeu est de sceller la frontière turco-syrienne et de reprendre le contrôle du district stratégique de Jisr Al-Shughour, qui se trouve actuellement entre les mains des djihadistes.

Dans le nord-est, le Conseil démocratique syrien (CDS), une alliance arabo-kurde soutenue par Washington, a pour la première fois engagé des pourparlers avec le gouvernement de Damas, afin de trouver un terrain d’entente pour assurer la réunification du pays sous l’autorité légitime du gouvernement. Une délégation du CDS est arrivée en fin de semaine dernière à Damas pour cela, sans qu’aucune précondition à l’ouverture du dialogue n’ait été imposée, et avec l’idée que ce dialogue devra durer le temps nécessaire. Le coprésident du Conseil démocratique syrien, Riad Darar, qui fait partie de cette délégation, a déclaré que ces pourparlers pourraient « faciliter l’entrée de l’armée dans les territoires à majorité kurdes à l’est de l’Euphrate » en échange d’une « reconnaissance par la Constitution syrienne des droits culturels kurdes ».

Pendant ce temps, la priorité est désormais donnée au retour des millions de réfugiés syriens, et la Russie est très active pour en créer les conditions, en particulier pour ceux qui se trouvent dans les pays voisins de la Syrie. L’envoyé spécial de la présidence russe en Syrie, Alexander Lavrentyev, s’est rendu le 26 juillet à Beyrouth pour y rencontrer le président libanais Michel Aoun. « Les gens comprennent que le gouvernement et l’appareil de sécurité gouvernemental ne représentent aucune menace, et qu’ils peuvent retourner chez eux, dans les territoires se trouvant sous le contrôle du gouvernement », a déclaré Lavrentyev devant les journalistes.

Aoun, dont le pays accueille plus d’un million de Syriens, a apporté tout son soutien au plan russe, et plusieurs centaines de réfugiés ont d’ores et déjà pu retourner dans leur pays grâce à des convois de bus organisés par les gouvernements syrien et libanais. Le chef de la sécurité libanaise, Abbas Ibrahim, estime que « dans les prochains jours nous allons assister au retour de centaines de milliers de réfugiés depuis le Liban ». D’après le ministère russe de la Défense, plus de 100 000 réfugiés syriens sont déjà retournés chez eux depuis le début de l’année.

La reconstruction économique est également à l’ordre du jour, activement encouragée par la Russie et la Chine. Le gouvernement syrien vient notamment de lancer un programme pour la reconstruction de la province d’Alep, impliquant le rétablissement d’infrastructures publiques et la construction de logements.
Rideau sur la « fin de l’histoire » suite...