Editorials of / Editoriaux de Gilles Gervais
Back to previous selection / Retour à la sélection précédente

Pour éviter un conflit thermonucléaire

Printable version / Version imprimable

JPEG

Aujourd’hui marque le 29e anniversaire du message du Président Ronald Reagan à la nation américaine annonçant la fin de la terreur nucléaire : une offre de collaboration avec le Kremlin pour rendre l’arsenal nucléaire de la planète « désuet et impuissant ».

La nouvelle stratégie s’appuyait sur l’application de nouveaux principes physiques et une approche défensive. «  L’Initiative de Défense Stratégique » [1] était basée sur les propositions élaborées et circulées internationalement par Lyndon LaRouche entre 1977 et 1983. [2] Celles-ci avaient le potentiel d’éliminer l’épée de Damoclès que l’Empire britannique avait placé au-dessus des états-nations afin de mieux contrôler l’agenda pour la mise en place du nouvel empire de la mondialisation.

JPEG
JPEG

En 1986, à peine quelques années après le discours historique de Reagan, Gorbatchev fit un coup d’éclat diplomatique en menaçant d’annuler le Sommet de Reyjavik du 11 et 12 octobre rejetant du revers de la main l’agenda soigneusement établi à la fois par le Kremlin et la Maison Blanche (à la grande surprise des médias internationaux, sauf l’Executive Intelligence Review).

En effet, une fois sur place à Reyjavik, Gorbatchev exigea de Ronald Reagan que les Etats-Unis cessent immédiatement toute recherche sur l’IDS, sinon pas de sommet ! En marge du sommet, il fut également exigé par les réseaux anglophiles entourant Gorbatchev que l’influence de LaRouche sur certaines politiques à Washington soit complètement éliminée. [3]

Voila, en résumé, l’histoire inédite de l’Initiative de Défense Stratégique. Lyndon LaRouche, par son intervention auprès de Reagan, avait bien failli réussir à débarrasser la planète du danger de confrontation thermonucléaire.

Malheureusement, l’IDS n’a pas été mis en place et nous nous retrouvons en ce moment dans une situation encore plus dangereuse que lors de la crise des missiles à Cuba à l’automne de 1962 !

De nombreux avertissements émis par de haut-gradés de l’armée, tant aux Etats-Unis  [4] qu’ en Russie [5] sont autant de signes avant-coureurs qu’un conflit thermonucléaire menace à l’horizon. Pourtant un déni de réalité d’un large segment de la population a, jusqu’à présent, résulté dans un niveau de mobilisation tout à fait inadéquat face à l’enjeu qui, potentiellement, mènera à rien de moins que l’extinction de l’espèce humaine !

La cause première de ce déni de réalité est certainement l’appauvrissement continu et accéléré de la culture et de l’éducation dont nous sommes témoins en Occident depuis des décennies. Une telle situation permet au système oligarchique de perdurer et d’« assujettir » une population dont les goûts, les comportements et les attentes sont fortement balisés.

Heureusement la lame de fond de la « grève de masse » [6] », qui a déferlé principalement sur le monde arabe et l’Europe récemment, nous permet d’espérer que les chaînes invisibles qui ont subjugué l’humanité à ce jour seront également rompues.

Présentement, en Grèce, au Portugal et ailleurs, le masque est tombé et le vrai visage de l’oligarchie s’est révélé :

Ces nouveaux dieux de l’Olympe financier tentent d’imposer une politique de désindustrialisation et de dépopulation planétaire, un véritable fascisme universel. Si la résistance de la Russie et de la Chine persiste, alors l’empire se décidera à aller de l’avant et lancera une attaque thermonucléaire surprise dans le but d’annihiler les géants asiatiques. La poudrière Moyen-orientale sera le déclencheur probable de ce projet infernal.

L’intervention Prométhéenne dans l’Histoire

Le véritable contenu des grandes œuvres classiques est la célébration de la créativité humaine, cette « étincelle divine », selon Friedrich Schiller, qui nous distingue des autres espèces. Si ces œuvres ne circulent presque plus, alors comment est-il possible de mobiliser les gens pour sauvegarder ce qu’il y a de plus précieux en eux ?

Eschyle nous raconte, dans son Prométhée enchaîné , [7] que sur l’ordre de Zeus, ce Titan fut enchaîné au sommet du Caucase par la Puissance et la Force, où un aigle lui rongeait le foie qui repoussait sans cesse.

Quel crime avait-il commis pour endurer ce châtiment ?

JPEG

Il avait dérobé le feu aux dieux - « il déroba une étincelle au char du soleil » - et l’apporta aux Mortels, caché dans un roseau vide.

«  ... Il voyait sans comprendre, le monde
Mais je vins montrer des astres le lever
Et le coucher, qu’il est malaisé d’observer,
Et pour lui, je trouvai le Nombre, la plus pure
Invention ; je lui fis don de l’écriture,
Des neuf Muses la mère et mémoire de tout.
J’ai, le premier, jeté la bride sur le cou
De l’animal sauvage, et c’est ainsi que l’Homme
Allégea ses travaux grâce aux bêtes de somme
C’est moi qui lui donnai des riches l’ornement,
Les chevaux entraînant les chars docilement
Je mis aussi la barque errante à son service
Char aux ailes de lin qui sur les vagues glisse ...
 »

Mais avant tout, Prométhée leur apprit à se libérer de la tyrannie de la perception sensorielle et à cultiver le fruit de la pensée créatrice.

Sans les interventions récurrentes de Prométhées dans l’histoire, le progrès de l’homme aurait été minime.

Les nombreux dialogues de Platon dont le Timée, produisirent l’étincelle qui attisa les Renaissances d’Andalousie et de Florence.

JPEG


Benjamin Franklin fut surnommé le « Prométhée moderne » par ses admirateurs européens, non seulement pour ses travaux sur l’électricité, mais pour avoir transmis en terre d’Amérique le flambeau de la liberté républicaine qui allait éclairer le destin des habitants du Nouveau-Monde.

Sans le développement de Prométhées parmi les hommes, l’oligarchie financière et leurs sbires politiques auraient provoqué un nombre incalculable de génocides.


Comment empêcher un conflit thermonucléaire

Pour écarter le danger d’une guerre thermonucléaire qui nous menace tous actuellement, il faut adresser les causes véritables qui propulsent nos gouvernements vers l’abîme :

1) Cette guerre que l’on voit se dessiner à l’horizon a pour but de provoquer le plus grand génocide de l’histoire maintes fois souhaité et promu par les représentants de la monarchie britannique. L’oligarchie ne peut réussir son projet infernal sans utiliser Obama et l’arsenal thermonucléaire de la flotte de sous-marins américains.

JPEG

2) Enlever de la présidence américaine Barack Obama, le porte-étendard de la politique de guerre impériale, soit par un procès de destitution  [8] pour violation de la Constitution américaine, soit par la menace de destitution (comme pour Richard Nixon), soit en invoquant la procédure à l’article 4 du 25è amendement  [9] à la Constitution américaine. La plus grande menace à la paix mondiale est la présence du narcissiste-en-chef Barack Obama à la Maison Blanche. Obama doit partir. [10]

PNG

3) Solutionner la crise monétaire et financière mondiale avec une loi pour un Glass-Steagall global [11] et un nouveau système de crédit international à parité fixe et de type Hamiltonien.

4) Consolider la paix par un programme de développement mutuel en débutant par une Grande Alliance Trans-Pacifique [12] en faveur de grands projets d’infrastructure qui puissent s’étendre rapidement à d’autres continents.

5) Accepter l’alternative stratégique à la guerre que représente la proposition publique émise par Dimitri Rogozin d’une collaboration entre la Russie et les États-Unis nommée l’«  Initiative de Défense de la Terre  ».

« L’IDT serait un nouveau système global pour une défense commune non seulement contre les missiles, mais pour défendre l’ensemble de l’humanité contre les astéroïdes et autres objets menaçants en provenance de l’espace. » [13]

Et les parlementaires canadiens ?

Nous exigeons des parlementaires qu’il y ait un débat à la Chambre des communes pour dénoncer ceux qui sont déployés militairement pour créer l’étincelle d’un nouveau conflit mondial et qu’un vote soit tenu afin que le Canada prenne position contre cette guerre imminente au Proche-Orient qui mettrait en péril la nation et le monde.


[7Ce « Prométhée enchaîné » est la partie centrale d’une trilogie qui débutait avec la pièce « Prométhée porte-feu » et se terminait avec le « Prométhée délivré »