Editorials of / Editoriaux de Gilles Gervais
Back to previous selection / Retour à la sélection précédente

Trois plaidoyers contre la guerre nucléaire

Printable version / Version imprimable

Lors de conférences, débats ou écrits sur le danger d’un conflit nucléaire, la question qui se pose de façon récurrente est « quel type de personnalité pourrait provoquer un tel suicide international ? »

En 1983 une réponse partielle fut donnée à cette question lors d’un sommet de spécialistes réunis à Erice, en Italie, pour discuter des bases technologiques qui nous permettraient d’éviter une guerre nucléaire. [1] Le physicien Antonio Zichini fit cette déclaration prémonitoire : « Tôt ou tard, dans dix, vingt ou peut-être 100 ans, quelque imbécile d’homme politique sera propulsé à l’avant scène … et il commettra ce crime de destruction de l’humanité et de la planète. »

L’Empire britannique, avec leurs exécutants dans « la City » et à Wall Street, ont sciemment promu la course à la présidence des États-Unis de Barack Obama en 2008 parce qu’ils recherchaient une personnalité narcissique, un nouveau Néron potentiel comme président des États-Unis.

Depuis l’élection de Barack Obama à la présidence américaine en 2008, les probabilités d’éclatement d’un conflit thermonucléaire n’ont cessé d’augmenter au point où la réélection du président en novembre pour un deuxième mandat présidentiel de quatre ans représenterait un choix qui risque fortement de nous conduire vers l’extinction de l’espèce humaine !

Présentement le seul obstacle à un conflit thermonucléaire généralisé a été d’une part, les discussions privées et déclarations publiques de certains officiers haut-gradés des forces militaires américaines [2] contre un tel conflit qui s’étendrait à partir de la poudrière moyen-orientale et, dans une certaine mesure, la mobilisation internationale que mènent Lyndon LaRouche et ses associés [3] contre le danger d’une confrontation thermonucléaire déclenchée par les « idiots utiles » de l’Empire britannique, les Obama, Nétanyahou et autres dirigeants politiques va-t-en-guerre.

Plaidoyers contre la guerre nucléaire en 2012, 1984 et 1962 :

Notons d’abord que «  la crise qui se noue autour de la Syrie et de l’Iran est aussi grave que le crise des missiles de Cuba en 1962, sauf que cette fois-ci, le président des États-Unis n’est pas John F. Kennedy. Dans un monde nucléaire, se laisser entraîner dans une logique de guerre serait jeter l’humanité sur une voie sans retour. »

JPEG

* Septembre 2012 : Sans Retour est la version française du film choc sur le risque de conflit nucléaire sous la présidence d’Obama qui circule de plus en plus sur internet et dans les milieux politiques au niveau international.

JPEG

*Septembre 1984 : le documentaire de près de 2 heures produit par la BBC intitulé Threads demeure à ce jour un désaveu puissant des armes nucléaires ( Avertissement : les scènes qui montrent la destruction causée par un holocauste nucléaire sont horrifiantes).

JPEG

* Septembre 1962 : le discours de Judith Jasmin prononcé au congrès de La Voix des femmes, à l’Université de Montréal, le 14 septembre 1962 intitulé Pour la paix [4] nous ramène à la période de la crise des missiles de Cuba et nous présente le mouvement pour le désarmement de l’époque à travers les paroles du grand reporter Judith Jasmin, un des piliers du journalisme canadien.

Mesures pour éviter une guerre nucléaire :

1) Enlever de la présidence américaine Barack Obama, le porte-étendard de la politique de guerre impériale, soit par un procès de destitution [5] pour violation de la Constitution américaine, soit par la menace de destitution (comme pour Richard Nixon), soit en invoquant la procédure à l’article 4 du 25è amendement [6] à la Constitution américaine. La plus grande menace à la paix mondiale est la présence du narcissiste-en-chef Barack Obama à la Maison Blanche. Obama doit partir [7].

JPEG

2) Accepter l’alternative stratégique à la guerre que représente la proposition publique émise par Dimitri Rogozin d’une collaboration entre la Russie et les États-Unis nommée l’«  Initiative de Défense de la Terre  ».

«  L’IDT serait un nouveau système global pour une défense commune non seulement contre les missiles, mais pour défendre l’ensemble de l’humanité contre les astéroïdes et autres objets menaçants en provenance de l’espace. [8] »

« Il nous faut travailler vite, aujourd’hui. Demain, il sera trop tard  »

« …Mais je pense à tous ceux qui jouissent du bien-être, du confort, des découvertes, des arts, d’une civilisation qui, siècle après siècle, s’est développée pour finalement leur donner mille et une possibilités d’épanouissement : loisirs, travail allégé par la mécanique, … vaccin contre les maladies infectieuses …réconfortante certitude que les chances de vie ont doublé depuis cent ans, etc. Ce bilan (et j’en passe) accumulé par des générations serait mis en jeu, anéanti tout à coup par quelques hommes --- une toute petite frange de l’humanité ---, cohéritiers de ces milliards d’êtres qui nous ont précédés et qui eux n’ont jamais connu les fruits du progrès, ni même la démocratie ? Ce seraient ces hommes du XXe siècle qui décideraient de mettre un point final à tout cet apport successif ? Nous porterions, nous les contemporains, le triste honneur d’avoir écrit le mot FIN à l’aventure humaine …uniquement parce qu’un jour, possédant une arme totale, nous n’aurions pas eu la sagesse de mettre un terme à nos dissensions. Au nom d’idéologies différentes, nous serions donc prêts à décider de la survie ou de l’extinction du genre humain ! C’est une lourde responsabilité pour ceux des hommes qui justement ont le plus profité des milliers d’années de labeur et de servitude des autres que de commettre un tel geste…

« …Ce combat pour la paix auquel nous vous convions, il vous concerne d’une façon urgente, vous, vos enfants et votre famille. Ne pouvons-nous toutes ensemble essayer de faire entendre raison à ceux qui s’arrogent un droit de vie ou de mort sur le genre humain ? Il nous faut travailler vite, aujourd’hui. Demain, il sera trop tard  ». — Judith Jasmin, « Pour la paix  », 1962.


[1Newman, W.S., and Stipcich, S., International Seminar on Nuclear War, 3rd Session : The Technical Basis for Peace, Erice, Italy August 19-24, 1983. World Scientific Publishing Co : 1992.