Editorials of / Editoriaux de Gilles Gervais
Back to previous selection / Retour à la sélection précédente

L’offensive de l’été 2010

Printable version / Version imprimable

« These are the times that try men’s souls. The summer soldier and the sunshine patriot will, in this crisis, shrink from the service of their country ; but he that stands by it now, deserves the love and thanks of man and woman. »

The Crisis Pamphlet, 1776
Thomas Paine

Pour mettre un terme aux renflouements de banques spéculatives, réintroduire le crédit productif, redémarrer l’économie physique et, surtout, couper court à la folie monétariste qui s’est emparée du Congrès américain et des parlements européens, il nous faut relancer dès maintenant la bataille pour l’adoption du projet de loi Glass-Steagall aux États-Unis et, par la suite, un « Glass-Steagall global ».

La loi Obama sur la réforme de Wall Street qui a été adoptée par le Sénat le 20 mai est une abomination.

Le tordage de bras qu’a pratiqué Rahm Emanuel, le Chef de cabinet du Président Obama, sur les membres du caucus démocrate au Sénat fut sans précédent. En empêchant l’adoption d’un nouveau Glass-Steagall et l’amendement Cantwell-Lincoln contre les produits dérivés, le Président Obama affiche désormais ses couleurs pro-Wall Street et pro-« la city » de Londres.

Dans un message publié avant le vote, Lyndon LaRouche, principal catalyseur de la mobilisation pro-Glass-Steagall annonçait : « Si quelqu’un tente de faire passer cette loi sans le Glass-Steagall ni l’amendement Cantwell-Lincoln, les citoyens américains ne verront plus aucune légitimité dans les décisions de ce Congrès. Le peuple passera outre son autorité. Ils le verront comme une institution à purger. Nous sommes dans une situation de “grève de masse”. Si le Congrès sabote le processus parlementaire pour accéder aux demandes du président, les citoyens se révolteront contre Washington. Ils le feront en invoquant l’autorité de la Constitution américaine. Le peuple américain n’acceptera pas cette politique. J’hérite dans cette situation de l’autorité de notre Constitution. J’ai confiance en le peuple et dans le soutien qu’il m’accordera. »

Souvenez-vous des sondages récents qui indiquaient que 78% de la population américaine était favorable à la loi Glass-Steagall.

Avec ce vote pro-Wall Street du 20 mai, le Président Obama n’a fait que rajouter à une longue liste déjà existante de « crimes and misdemeanors » un autre chef d’accusation qui pourrait-être utilisé contre lui dans une procédure de destitution (impeachment) au Sénat.

Un chèque en blanc évalué entre $13 000 et $24 000 milliards pour Wall Street mais pas un sous pour des investissements dans des technologies de pointe qui servent à reconstruire l’infrastructure nationale et à former une main d’œuvre qualifiée (trains maglev, centrales nucléaires, programme spatial compétent, etc.) !

De plus, le Président Obama vient de promettre aux gouvernements européens de tenir le tiroir-caisse de la Réserve fédérale américaine grand ouvert pour appuyer leur décision d’effectuer le plus grand renflouement bancaire de l’histoire.

Les manifestations de l’été 2010 aux États-Unis seront sans doute plus grandes et plus houleuses que lors de la grève de masse déclenchée à l’été 2009 en protestation à la réforme de santé d’Obama modelée sur le système britannique avec son « death panel » appelé N.I.C.E., que les Anglais ont eux-mêmes calqué sur l’infâme programme T-4 de l’Allemagne nazie de 1933.

L’offensive d’été commence dès maintenant et doit adopter le programme de sortie de crise suivant :

1 - Un « Glass-Steagall global ». [1]

2 - La destitution ( « impeachment ») du Président Obama. [2]

3 - « Le Plan LaRouche » de l’Alliance des Quatre Puissances [3] pour relancer l’économie mondiale.

4 - Une vision à long terme du futur de l’humanité dans l’espace :
a -Redémarrer à la NASA les vols habités dans l’espace
b -Industrialiser la Lune
c-Développer une colonie sur Mars d’ici la fin du siècle. [4]

Gilles Gervais
Président du Comité pour la République du Canada
ecrivez@comiterepubliquecanada.ca

Notes :

[1] -voir la section Nouveau Bretton Woods/Glass-Steagall.

[2] - les chefs d’accusation pour une procédure de destitution du Président Obama.

[3] -voir la section Nouveau Bretton Woods/Glass-Steagall.

[4] -voir la vidéo : De la Lune à Mars / La nouvelle science économique -2ième partie.